Loading Events

« All Events

  • This event has passed.

Journée d’étude internationale – L’expérience esthétique et la praxis : perception, imagination, atmosphères

22 March @ 9:30 am - 6:30 pm

Programme :

09h30 :
Accueil

10h00 – 11h00 :
TONINO GRIFFERO (Université Tor Vergara Rome)
« Atmospheres and Pathic Aesthetics »

11h00 – 12h00 :
ALESSANDRO BERTINETTO (Université de Turin)
« Improvisation and Ontology of Art »

15h00 – 16h00 :
GEORG W. BERTRAM (Freie Universität Berlin)
« Rhythm – How Art has an Impact on Humain Practices »

16h00 – 17h00 :
VALERIA DE LUCA (Université Lyon2/LIAS-IMM)
« Geste performatif, praxis et perception sémiotique »


Argumentaire :

Le questionnement et l’investigation autour de l’expérience sensible, ainsi que de l’expérience du sensible revêtent un rôle de premier rang dans le cadre très diversifié de l’esthétique contemporaine.

En particulier, l’intérêt croissant à l’égard des liens entre les notions de perception, imagination etd’horizon, a engendré à la fois une remise en perspective de certains thèmes classiques de l’esthétique, et le partage de préoccupations – aussi bien théoriques que relatives aux objets investigués – par de différents courants de recherche, tels que la Nouvelle Phénoménologie, l’esthétique d’orientation analytique, la nouvelle école allemande d’orientation praxéologique, etc.

En effet, l’entrelacs de la perception, de l’imagination et, par conséquent, des métamorphoses du milieu perçu, semble être au coeur aussi bien de la praxis artistique que de l’expérience esthétique globalement conçue et, finalement, de l’expérience en tant que telle.

L’hypothèse suivant laquelle l’existence toute entière serait guidée par une dimension originairement pathique, représente le point d’appui et de départ de cet entrecroisement thématique qui a transformé l’histoire de l’esthétique, en modifiant notamment la structure de son édifice théorique et de ses catégorisations.

Par conséquent, on a assisté à un changement dans les approches mêmes de l’art : au lieu d’y convoquer seulement des catégories traditionnelles telles que le beau, le sublime, le goût, etc., la philosophie de la perception et l’esthétiques contemporaines adoptent un point de vue privilégiant l’examen de l’esthésie à l’égard d’un espace qui est à la fois vécu, non géométrique et pré-dimensionnel. Il en découle, comme le soulignent nombre d’auteurs tels que Gernot Böhme et Tonino Griffero, la nécessité d’une enquête sur “la structure pathique fondatrice dans des ontologies régionales diverses“ (Griffero), ainsi que d’une réflexion sur les potentiels esthésiologiques de la perception – y compris de la perception ordinaire –, et sur les relations entre la perception et les atmosphères plus ou moins diffuses que l’on habite et auxquelles on répond sémiotiquement.

A partir de l’interrogation sur l’expérience sensible, et par le prisme encore une fois de concepts tels la praxis, l’imagination, la performativité, l’improvisation, on constate l’émergence – par exemple dans l’esthétique analytique – de réflexions qui remettent en cause le primat de l’ontologie et qui cherchent à repenser l’ontologie même de l’art et l’expérience artistique (musique, peinture, performance, etc.) en leur effectivité comme à la fois perceptive, expérientielle, sociale.

La perspective praxéologique que ces auteurs ouvrent, attenue le poids longtemps conféré au couple oeuvre/exécution – affaibli déjà dans l’esthétique goodmanienne –, mais en mutant profondément les enjeux théoriques et le regard adopté : c’est toute l’épaisseur – subjective mais aussi transindividuelle – de l’expérience concrète de la pratique artistique qui est ici prise en compte.

Dès lors, force est de constater des intersections possibles entre ces paradigmes et l’ensemble de recherches afférentes à l’anthropologie sémiotique. Dans les deux cas, figure une théorie transformative – que ce soit de la culture ou de l’oeuvre d’art – qui est à même d’élucider les transformations de type sémiotique-interprétatif, normatif, habitudinaire, etc., auxquelles les faits culturels sont soumis à l’instar de l’art.

Finalement, dans le cadre d’une anthropologie sémiotique à caractère dynamiciste et perceptiviste, l’objectif est d’entamer un dialogue avec ces tendances de l’esthétique contemporaine afin de relever des thèmes et des approches transversales aux deux champs disciplinaires.

Antonino Bondì & Jean Lassègue

LIAS-IMM/EHESS

Details

Date:
22 March
Time:
9:30 am - 6:30 pm
Event Categories:
,
Website:
http://www.formes-symboliques.org/

Organizer

ehess
Website:
https://www.ehess.fr/fr

Other

Is this a public event ?
Public

Venue

ISC-PIF
113 rue Nationale
Paris, Paris 75013 France
+ Google Map
Website:
www.iscpif.fr

Details

Date:
22 March
Time:
9:30 am - 6:30 pm
Event Categories:
,
Website:
http://www.formes-symboliques.org/

Organizer

ehess
Website:
https://www.ehess.fr/fr

Other

Is this a public event ?
Public

Venue

ISC-PIF
113 rue Nationale
Paris, Paris 75013 France
+ Google Map
Website:
www.iscpif.fr