Le militantisme politique à l’ère des réseaux sociaux 

Chavalarias David, Gaumont Noé, Panahi Maziyar, « Hostilité et prosélytisme des communautés politiques. Le militantisme politique à l’ère des réseaux sociaux », Réseaux, 2019/2 (n° 214-215), p. 67-107. DOI : 10.3917/res.214.0067. URL : https://www-cairn-info.inshs.bib.cnrs.fr/revue-reseaux-2019-2-page-67.htm

Un candidat dispose au moins de trois leviers pour gagner les voix des électeurs : convaincre de la pertinence de son programme et de ses idées (positive campaigning), convaincre de l’inadéquation ou du danger des programmes et des idées de ses adversaires (negative campaigning), et enfin, rendre familier son nom et celui de son parti en les martelant auprès du public. Alors que nous assistons à une profonde transformation de l’articulation entre les partis politiques, leurs militants et leurs sympathisants, de quelle manière les personnalités politiques font-elles usage de ces leviers lors d’une campagne telle que la présidentielle et comment leurs communautés politiques contribuent-elles à les actionner ?

Dans cet article, nous nous appuyons sur les données et la catégorisation des communautés politiques sur Twitter de Gaumont et al. (2018) pour aborder cette question du point de vue des réseaux sociaux. Nous proposons un ensemble de mesures quantitatives à différentes échelles pour qualifier les processus à l’œuvre au sein des communautés politiques que nous avons suivies sur Twitter au cours de la présidentielle française de 2017. Nous montrons que les différentes communautés ont des manières distinctes de s’articuler avec les stratégies leur leader, pointant une hétérogénéité dans les formes de « division du travail » militant. Nous montrons également que les variations dans les stratégies des communautés peuvent aider à identifier les faiblesses temporaires ou la perte de confiance dans le leader ainsi que la position structurelle des candidats dans l’arène politique, ce qui nous permet d’identifier une anomalie dans l’attitude des politiciens à l’égard de la candidature de Marine Le Pen.