L’ISC-PIF a le plaisir d’annoncer un cycle de soirées de présentation-débat d’ouvrages d’information et de réflexion autour de la science des systèmes complexes, de l’écologie des écosystèmes et des limites des sciences.

Des personnalités d’exception sont invités pour animer le débat.

Chaque présentation sera suivie d’une séance de dédicaces et d’un pot convivial.

La réservation est gratuite, mais obligatoire

8 mars 2024 19h

L’ATTENTION AU VIVANT de Tatiana Giraud

Tandis que la crise climatique s’impose et détériore chaque jour nos conditions de vie, L’attention au vivant offre une exploration profonde et urgente de la biodiversité, mettant en lumière son rôle crucial, et trop souvent sous-estimé, dans le maintien de l’équilibre écologique, mais aussi dans le bien-être et l’existence même des populations humaines.
Remontant le fil de l’évolution, Tatiana Giraud nous montre comment les théories de Charles Darwin et de ses successeurs nous permettent de comprendre que la biodiversité est un équilibre dynamique complexe, dont la mesure ne peut se résumer au seul dénombrement des espèces et des êtres vivants sur Terre. À travers de nombreux exemples — de ses travaux sur le roquefort aux récents débats de la Commission européenne sur les pesticides et les nouveaux OGM —, L’attention au vivant vient révéler combien la main de l’être humain peut contribuer à développer la biodiversité comme à l’appauvrir, par méconnaissance de son fonctionnement ou vision court-termiste.
Ce livre est indispensable pour ceux qui cherchent à comprendre les enjeux de la biodiversité et les défis politiques que pose sa préservation. C’est un récit éclairant, empreint d’espoir, qui nous rappelle que chaque action, grande ou petite, compte dans notre quête collective d’un avenir plus durable.
Tatiana Giraud est ingénieure agronome, directrice de recherche CNRS au laboratoire Écologie, systématique et évolution de l’Université Paris-Saclay, membre de l’Académie des sciences et professeure invitée de la chaire annuelle Biodiversité et écosystèmes au Collège de France.
Marie Ameller, co-autrice de l’ouvrage, est une collaboratrice régulière du Laboratoire de la République, cercle de réflexion et d’action qui promeut l’humanisme des Lumières et les valeurs républicaines.
Une table ronde – en présence des autrices – sera animée par
Mathieu Vidard, producteur de La Terre au carré, émission de France Inter.
La table ronde sera suivie de la projection du court-métrage Et si le Camembert disparaissait aussi ?  autour du travail de Tatiana Giraud, Jeanne Ropars (IDEEV, CNRS) et Joëlle Dupont (MNHN).
Avec un esprit décalé, un brin de poésie et la parole des trois chercheuses d’exception, ce documentaire parle de la disparition imminente du Camembert et d’une vision de la biodiversité qu’il serait sage d’adopter au plus vite.
Ce film, écrit et réalisé par Francesca Barbieri dans le cadre du Master Audiovisuel, Journalisme et Communication Scientifique de l’Université Paris-Cité et avec l’appui de l’ISC-PIF, a été primé au Raw Science Film Festival de Los Angeles, sélectionné à l’International of Science Documentary Film en République Tchèque et a reçu le soutien du CNRS Ecologie & Environnement.
L’évènement sera suivi d’une séance de dédicaces et d’un cocktail dans le lieu suivant :
Auditorium du TOTEM, 11 Place Nationale 75013 Paris

14 mai 2024 18h30

TROIS LIVRES SUR LA COMPLEXITÉ

Une soirée dédiée à trois livres qui mettent en valeur la science des systèmes complexes dans des domaines variés.

Evolution et Systèmes Complexes. Approches épistémologiques et historiques

sous la direction de Silvia Caianiello et Caroline Angleraux

Dans un contexte où le recueil de données est devenu massif, l’analyse de ces dernières a pour ambition de mieux décrire et cerner l’imbrication multifactorielle de phénomènes complexes. En ce sens, l’étude des systèmes complexes est aujourd’hui omniprésente, notamment dans les sciences humaines et sociales et celles du vivant. D’ailleurs, l’établissement d’une science de la complexité, visant à regrouper les champs d’étude mobilisant des systèmes complexes, s’est développé depuis les années 1970.

En rassemblant des philosophes des sciences, des historiens et des écologues, l’objectif de ce livre est donc de présenter la diversité des perspectives ayant cours dans les développements les plus récents en termes de sources historiques, d’épistémologie, de méthodologie ou d’applications pratiques de la science de la complexité. En réfléchissant à la variété des manières d’aborder cette dernière, cet ouvrage vise à fournir un état des lieux de la pluralité de cette science pour contribuer à l’édification d’un cadre épistémique unifié.

L’ouvrage se compose de trois parties : une mise au point épistémologique de la notion de complexité, et en particulier de la controverse autour de la notion d’émergence (« Complexité et émergence ») ; une analyse des applications des outils de l’approche de la complexité à une pluralité des systèmes, allant de l’écologie aux sociétés humaines (« Enjeux de la complexité ») ; une analyse des épisodes de l’histoire des sciences de la vie qui ont marqué le développement de l’approche des sciences de la complexité (« Parcours pluridisciplinaires d’épistémologie historique »).

Quand la nature s’effondre. Comprendre les transitions abruptes dans les écosystèmes

de Alexandre Génin

Bienvenue dans l’Anthropocène ! Nous nous apprêtons à entrer dans un monde dans lequel il fera plus chaud, souvent plus aride, et dans lequel la nature va profondément changer. Les écosystèmes vont se réorganiser, souvent se dégrader, parfois au cours de transitions abruptes que certains appellent « effondrements écologiques ». Quelle réalité se cache sous cette notion ?

Ce livre fait la synthèse des multiples approches utilisées dans le domaine de l’écologie scientifique pour comprendre, définir et tenter de prédire les transitions abruptes dans les écosystèmes. À l’aide de nombreux exemples concrets, il explique comment elles peuvent émerger dans des écosystèmes aussi différents que des lacs, des forêts tropicales, des populations d’oiseaux ou des pelouses alpines. Le livre présente les outils mathématiques utilisés pour modéliser ces effondrements, depuis les travaux des pionniers du domaine jusqu’à ceux, plus récents, fondés sur l’analyse de réseaux d’interactions toujours plus complexes. Enfin, cet ouvrage présente différentes approches pour tenter de prédire les transitions dans les écosystèmes, à partir des observations actuelles.

Quand la nature s’effondre intéressera quiconque souhaite comprendre ce qui se cache derrière cette notion d’effondrement appliquée aux systèmes naturels, que ce soit pour ses études, ses recherches ou pour éclairer d’un point de vue plus théorique la gestion des espaces naturels. Il intéressera aussi, bien sûr, les nombreux.ses citoyen.nes pour lesquels les préoccupations environnementales sont prégnantes.

Lauréat du Prix de thèse de l’Institut des systèmes complexes Paris Île-de-France 2019.

Histoire et sociologie des sciences de la complexité

de Fabrizio Li Vigni

Depuis leur apparition dans les années 1970 et 1980 en Europe et aux États-Unis, les sciences de la complexité ont suscité un remarquable engouement à la fois scientifique, médiatique et culturel. Certains des concepts qu’elles ont contribué à rendre célèbres, comme ceux de chaos, d’émergence ou de réseau, sont utilisés dans plusieurs champs du savoir – de la physique à l’informatique, des sciences cognitives aux sciences du climat. Les livres de vulgarisation à leur propos sont très nombreux et certains sont devenus des best-sellers. Pourtant, il existe peu de travaux en sciences humaines et sociales sur ce domaine à la fois très connu et peu compris. À partir d’analyses historiques, sociologiques et épistémologiques, cet ouvrage se propose de combler quelques lacunes.

Le premier chapitre montre qu’il n’y a pas qu’une théorie de la complexité mais une pluralité d’approches se revendiquant du même concept dont il est néanmoins possible de déterminer les contours. Le deuxième et troisième chapitres sont consacrés aux origines des sciences de la complexité aux États-Unis et en France. Le quatrième chapitre propose d’introduire le concept de plateforme scientifique de façon à saisir la spécificité de ce domaine paradoxal : en effet, si ses frontières semblent indéfinies et souples, leur dénomination leur confère tout de même une identité reconnue et claire. Enfin, poussant l’analyse un peu plus loin, le dernier chapitre décrit les pratiques épistémologiques et les visions ontologiques des praticiens de la complexité, cela à partir de leurs propres points de vue. En raison de leur poids croissant dans le monde de la recherche et au-delà, il y a fort à parier que les sciences de la complexité susciteront de plus en plus l’attention des sciences humaines et sociales – ce à quoi ce livre invite.

En présence des auteurs.

Séances Passées

23 janvier 2024 18h

LE CAUCHEMAR DE PROMÉTHÉE de Giuseppe Longo

Ce livre tisse un fil qui traverse les sciences exactes et les sciences de la nature du point de vue de l’histoire de leurs concepts, mais aussi des visions du monde qu’elles rendent possibles, des mathématiques de la Grèce classique jusqu’à leurs applications à l’intelligence artificielle et à la biologie contemporaines. Ces deux dernières disciplines ont été profondément marquées par des notions d’origine mathématique, en particulier celles de calcul, d’information et de programme. Ce qui permet de comprendre leur genèse est le « tournant linguistique » qui a marqué les fondements des mathématiques au XXe siècle : tout serait finalement une affaire de signes, à la fois alphabétiques et numériques, combinés selon des règles elles-mêmes conçues comme suites de signes formant des programmes. Pourtant, les limites de cette approche computationnelle sont aujourd’hui patentes du fait de l’avancement des sciences elles-mêmes : le livre propose des alternatives en reconstruisant les gestes fondateurs du savoir qui sont à l’origine de notre culture scientifique.

La présentation et le débat – en présence de l’auteur –  seront animés par David Chavalarias, directeur de l’ISC-PIF, et Jean Lassègue, directeur de recherche EHESS.

Giuseppe Longo est chercheur en mathématiques et épistémologie à l’École Normale Supérieure à Paris.

Présentation de l’ouvrage sur France Culture : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-pourquoi-du-comment-science/comment-maitriser-notre-maitrise-6500958

Page Web de Giuseppe Longo