Articles

Vincent Verbavatz, ingénieur des ponts, des eaux et des forêts, mène ses travaux de doctorat en résidence à l’ISC-PIF.  Son projet de thèse a pour objectif de comprendre et de modéliser les phénomènes urbains avec une approche en physique statistique : à travers la physique non-linéaire, le calcul stochastique ou encore la théorie des graphes, c’est une nouvelle façon d’appréhender la science des villes qu’il essaie de mettre en œuvre.

Dans un papier co-rédigé avec Marc Barthélémy et publié récemment dans Nature, The growth equation of cities, il propose un nouveau modèle théorique pour comprendre l’organisation hiérarchique de la population des villes et l’occurrence statistique des mégapoles.

Les deux chercheurs de l’IPHT présentent dans cette publication une équation stochastique pour modéliser la croissance démographique dans les villes, construite à partir d’une analyse empirique d’ensembles de données récents (pour le Canada, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis). Ce modèle révèle à quel point les chocs migratoires interurbains rares mais importants dominent la croissance des villes, soulignant ainsi l’importance d’événements rares dans l’évolution des systèmes complexes et, à un niveau plus pratique, dans l’urbanisme.


Référence
Verbavatz, V., Barthelemy, M. The growth equation of citiesNature 587397–401 (2020).


Contact

Vincent Verbavatz
Doctorant à l’Institut de Physique Théorique (IPhT, CEA)
vincent.verbavatz@ipht.fr

Marc Barthélémy
Directeur de recherche à l’Institut de Physique Théorique (IPhT, CEA)
marc.barthelemy@cea.fr